De l’art de faire son bagage à main

Quand on a pas d’argent, le low-cost c’est un peu le passage obligé pour pouvoir voyager. Aéroports secondaires, sièges collés-serrés, estomac qui crie famine mais qu’on fait taire en lisant les prix de la brochure « restauration », sympathie du personnel de bord :/, dimensions naines du bagage à main… Oui, le bagage à main, mon seul et unique sac quand je voyage pour éviter de faire monter la note si jamais il me prend l’envie de facturer. Un bagage à main, c’est pratique, ça monte avec toi à bord, c’est petit, ça se transporte bien dans l’allée réduite de l’avion à bas coût mais quand ton voyage dure un mois et que tu traverses la côte est des USA du nord ou sud, il devient problématique. Ce pose alors les questions suivantes : quel bagage, quel textile, quel temps fera-t-il, que mettre à l’intérieur ???????

téléchargement

Concrètement, l’avion low-cost de SATA Airlines (compagnie des Açores pour ceux qui s’interrogent) allait m’amener moi et mon copain de Lisboa a Boston début juillet et ne nous laissait emmener que 8 kilos de vêtements, produits de beauté, appareils photos et j’en passe… Bref, c’est compliqué pour un voyage d’un mois surtout que même si c’est l’été, faut êtes prévoyants niveau vêtements : on est jamais à l’abri de pluies diluviennes et d’une baisse de température qui t’empêche de passer toutes tes journées en short et débardeur…

Ensuite, nous allions faire une partie du voyage en bus, ce qui impliquait que si le bus quittait la ville X à 20h alors qu’on avait quitté notre logement à midi, par exemple. Et bien, on allait passer 8h avec notre cher sac sur le dos, dans les bras, ou à la main. Et marcher en plein New-York avec une valise à roulette, on aura vu plus pratique… A suivre quelques conseils, qui je l’espère vous seront utiles au moment de choisir votre bagage à main et de le remplir :

  • Vérifier les dimensions et le poids que la compagnie aérienne vous laisse transporter. Chacune a ses petites règles et deux ou trois kilos autorisés en plus ou en moins peuvent changer bien des choses. Et même si vous êtes un habitué de Ryanair ou Easyjet, et que vous connaissez leurs règlements par cœur, ne pensez surtout pas que toutes les low-cost sont égales à ce niveau.
  • Choisir le type de sac que vous allez prendre selon le genre de voyage prévu. Si vous êtes du genre à prendre un taxi pour chaque trajet, une valise à roulette n’est pas un problème mais si vous êtes plutôt bus, métro, train et marche à pieds, un sac à dos s’impose. Choisissez-en un dont la structure ne pèse pas trop, imperméable au cas où il pleuvrait… Dans tous les cas, si vous devez passer du temps en ville avec votre bagage plein et du coup, lourd, très lourd, renseignez-vous sur les consignes. Dans les gares ou les aéroports de nombreuses villes, il existe des lieux où il est possible de laisser son bien quelques heures voir quelques jours en contrepartie d’une somme plus ou moins élevée d’argent. Dans notre cas, c’est-à-dire les Etats-Unis, ce service était disponible dans très peu d’endroits et toujours assez cher… Du coup, on a opté pour ce sac à dos.
  • Les appareils photo, parapluies, bâtons ou autres sont autorisés en plus du bagage à main dans de nombreuses compagnies. Il est donc important de regarder ce qui est autorisé ou pas et ainsi de s’éviter quelques kilos dans le sac mais qu’on pourra répartir autour du cou ou dans les bras.
  • Avant de faire son sac, il est important de prévoir ce qu’on portera. La logique serait « je pars à Barcelona, 10 jours pour griller sur la plage, je prends 5 maillots de bain et c’est fini » mais n’oubliez pas qu’en Cataluna en plein été, il pleut aussi des fois. Soyez donc prévoyants, pensez à tous les cas de figure : les orages, la canicule… A titre d’exemple, pour mon voyage j’avais : 1 pantalon, 2 jupes, 1 robe, 3 tee-shirts, 1 pull, 1 veste, 1 parapluie et des lunettes de soleil. C’est suffisant si vous avez un accès facile à une machine à laver pendant la durée du séjour. Quant aux produits de beauté, n’oubliez pas que les contenants sont limités en général, à 100 ml (un peu moins aux States) donc privilégiez les petites bouteilles en plastique qui sont vendues spécialement pour les voyages en avion et qui se trouvent facilement dans le commerce. Et ne prenez que ceux sans lesquels vous ne pouvez pas vivre. Pour le reste, achetez-le sur place. Surtout si vous partez pour un long voyage, l’achat sera rentable sur la durée. Et vous savez, ces échantillons qu’on vous donne à chaque fois à la parfumerie ou dans votre salon de beauté. Oui, ceux-là qui sont dans votre placard et que vous n’utilisez jamais. Ben, c’est le moment d’en faire usage ! C’est une bonne solution pour gagner de l’espace.
  • Au moment de faire son bagage, pensez à optimiser l’espace : utilisez toutes les poches du sac! Mettez les chaussures en premier, roulez les vêtements pour avoir plus de place (pour moi, c’est une technique qui marche bien). Pensez à mettre sur vous le jour du voyage les vêtements les plus lourds (les bottines au lieu des tongues, le jean au lieu de la mini-jupe…) et au moins une veste (je sais, c’est pénible si il fait 30°C au moment du grand départ). N’hésitez pas non plus à mettre des objets dans vos poches, des boucles d’oreilles à vos oreilles, une ceinture à votre pantalon… Les compagnies vérifient le poids de vos bagages mais pas le votre 😉
  • Voyager, c’est apprendre à partager. Et ça commence par les bagages. Si vous ne voyagez pas en solitaire, pensez à refiler ce que vous ne pouvez pas emporter faute de place, à un compagnon de route qui voyage bien plus léger que vous.

Une dernière chose pour conclure, c’est toujours plus pratique d’avoir les documents importants comme le passeport ou le boarding pass, ou même des médicaments sous la main. De nombreux bagages ont des poches extérieures, on peut les utiliser pour garder ces objets…

J’espère que tous ces conseils vous aideront.

Si tu as aimé cet article, n’oublie pas de t’abonner à la newsletter mensuelle ici! (pense à regarder tes spams!)

Laisser un commentaire