Fès: une médina hors du temps (Partie 2)

DSCN3082

C’est parti pour la suite de mon séjour à Fes. Si tu as loupé la première partie, c’est par ici.

Après la visite de la tannerie et un petit déjeuner express, on décide de retourner voir la porte Bab Boujloud. C’est vrai qu’on l’a vu la veille mais à la va-vite sur le chemin de l’hôtel donc on ne l’a pas vraiment appréciée à sa juste valeur… Contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle n’est pas si vieille que ça: sa construction remonte seulement à l’année 1913. Elle est depuis l’entrée principale de la médina. Une entrée majestueuse notamment  grâce à la couleur bleue qui la décore (qui devient verte selon la lumière) et la sublime. A l’extérieur de la zone piétonne, les voitures ne sont pas si nombreuses, beaucoup de gens se promène mais tout est relativement calme. On sait qu’une fois passée la porte, la vie agitée reprendra le dessus. C’est alors qu’on s’enfonce à nouveau dans ce monde distinct, fait de rues étroites et sombres, de bruits, de mouvements incessants, d’étals de viande, de fruits, de poissons… Le marché expose ses têtes de chameaux, de chèvres… quelques coqs chantent pendant que les chats miaulent. L’odeur de la chair fraîche se mélange à celle des merguez cuites et des poissons frits.

Place Bab Ben JaloudCoq Chameau Medina, Fes

Puis, nous arrivons à la Medersa Bou-Inania (une medersa est une école religieuse islamique). C’est la seule de la ville qui comporte un minaret. Ici, tout n’est qu’art: des mosaïques aux gravures. Mention spéciale à la mosquée des hommes qui est magnifique : les couleurs rouge et orangé font contraste avec le beige froid qui recouvre les murs. Quelques vitraux viennent ajouter de la magie. Nous quittons la Medersa et continuons notre chemin. On aperçoit au loin le minaret d’azulejos verts de la Mosquée Chrabliyine.

Merdersa Bou-Inania Medersa Bou-Inania Merdersa Bou-Inania Medersa Bou Inania Medersa el-AttarineLampe

Puis nos pas nous conduisent à la Medersa el-Attarine, qui pour moi n’a aucun intérêt si on a vu la medersa précédente. Ensuite, nous passons par la Mosquée et l’Université Karaouine, considérée comme l’université la plus ancienne du monde mais impossible de la visiter, tout juste pourras tu prendre une photo de l’intérieur si une nuée de touriste ne te cache pas l’entrée:/ Aaaahhh, les groupes de touristes de 30 personnes !!!

Quelques pas de plus, et la Place El-Seffarine se dessine. Le bruit du métal, des coups qui lui sont donnés pour le modeler envahissent nos oreilles. Après quelques instants passés à observer les travailleurs. Nous prenons la rue à gauche et en profitons pour savourer un thé à la menthe sur une terrasse ensoleillée.

Medina Thé à la menthe

Après 30 minutes à observer les passants, les touristes, à écouter les rires et à chasser les abeilles (elles adorent le thé à la menthe…) nous décidons de faire le tour de la place. Et c’est comme ça qu’on est entré dans la caverne d’Ali Baba ! Le meilleur endroit de Fes, si comme moi tu es addict au sucre. Un mini quartier de boutiques de pâtisseries marocaines vendues à des prix dérisoires. Nous quittons ce merveilleux endroit pour la Place R’cif. Très grande, c’est l’endroit parfait pour déconnecter de l’agitation de la medina. D’ici on peut observer Fes vivre: ses enfants qui jouent au foot, ses hommes qui fument, ses femmes qui discutent…

Homme fumant Place Rif

Après avoir avalé un mini-sandwich, nous décidons d’aller admirer Fes d’en haut. Nous rejoignons le centre de la médina avant de bifurquer à droite. Très vite, on atteint des rues plus calmes, sans presque aucune boutique, sans presque aucun passant excepté les ânes transporteurs de parpaings ou de bouteilles de gaz. Une rue en pente nous amène sur un parking à proximité d’un cimetière. Nous continuons de marcher et trouvons le lieu parfait pour nous asseoir et profiter du panorama. La médina est gigantesque, la multitude de bâtiments se déploie sous nos yeux, les nombreux minarets s’élancent pour dominer la ville. D’ici on se rend compte de la grandeur de Fes, de sa beauté.

Fes d'en haut Fes d'en hautUn âne

C’est l’heure de se restaurer, nous redescendons vers la porte principale de la médina et décidons de manger sur la terrasse de Le Kasbah, recommandé par le Lonely Planet. Nous optons pour une soupe harira, une salade marocaine, un couscous de bœuf et un poisson grillé. Je ne sais pas ce qui m’a pris de choisir du poisson ! Je n’aime pas le poisson ! Mon côté maso certainement… Mais voilà une fois sur la table, j’ai bien du le manger ce fameux poisson. Et bien, le Kasbah a réussit l’incroyable exploit de me faire prononcer la phrase suivante : « ce poisson est délicieux! ». Il était vraiment succulent. Nous étirons ce repas en profitant de la vue sur la place depuis la terrasse, accompagnés de quelques chats, toujours à l’affut d’une miette de pita.

Soue harira, salade Couscous Poisson grillé

Puis nous décidons de profiter des derniers rayons de soleil pour visiter les Jardins Jnan Sbil. La vie dans la médina est agitée, bruyante, rapide. A la longue, je suppose que cette ambiance peut étouffer mais les habitants ont à proximité cet havre de paix où décompresser. L’endroit est petit mais très joli. Les visiteurs se regroupent autour d’une sorte d’étang, très agréable et reposant.

Parc Jnan Sbil Femmes parc Jnan Sbil Parc Jnan Sbil Parc Jnan Sbil Parc Jnan Sbil

Ce soir là, on a vécu notre pire souvenir à Fes. Je ne vais pas dans les détails mais juste  t’avertir d’éviter les faux-guides (sauf si tu veux les payer pour une visite bien entendu, même si je doute de la qualité de leurs services). On a fait l’erreur de discuter avec l’un d’eux et ça c’est fini en discussion plus ou moins agressive de 30 minutes, durant laquelle il n’arrêtait pas de sous-entendre qu’étant donné que nous voyageons, nous sommes de riches occidentaux, bourrés de thunes, et qu’on pouvait bien lui donner 100MAD :/

Enfin, après tant de péripéties, on finit au restaurant Bou-Inania où on optera pour le menu suivant: soupe harira, salade marocaine, tajine de kefta, brochette de bœuf et thé accompagné de cornes de gazelle. Un bon dîner surtout grâce au serveur qui était très gentil et drôle. Voilà, c’est comme ça que s’est terminée notre aventure à Fez, une ville dépaysante et magnifique, grâce en partie à ses habitants toujours souriants et aimables.                                                                                Je termine avec le budget.

BUDGET POUR 2:     Visite des deux madraza: 40MAD (4€) / La Kasbah: 162MAD (16€) / Bou-Inania: 170MAD (17€) /  Autres: 100MAD (10€)          TOTAL: 472MAD (47,2€)

Si tu as aimé cet article, n’oublie pas de t’abonner à la newsletter mensuelle ici! (pense à regarder tes spams!)

6 Commentaires

  1. Photos magnifiques.

    1. Merci beaucoup 😀

  2. avec plaisir

  3. […] de l’huile d’argan, j’ai décidé lors d’un récent séjour au Maroc (ici, ici et là tu trouveras des posts sur ce voyage) d’en ramener une bouteille dans mon sac à dos: […]

  4. […] Pour lire la deuxième partie, clique ici! […]

  5. […] Fes, une medina hors du temps (partie 1) et (partie 2) […]

Laisser un commentaire