Eastern State Penitentiary, une prison de cinéma

DSCN1096B

La Liberty Bell, la statue de Rocky, le Museum of Art, l’Independance Hall, le Philicheesecake, le Reading Terminal Market… Philadelphie est une ville qui regorge d’attractions touristiques toutes plus intéressantes les unes que les autres. Cependant, elles cachent une pépite, un endroit mystérieux et peu fréquenté de visiteurs mais qui vaut vraiment le détour : le Eastern State Penitentiary.

DSCN1065b

Un peu d’histoire

En 1829, s’ouvre une prison d’un nouveau genre aux Etats-Unis : une prison qui non seulement punira ses pensionnaires mais une prison qui permettra aux criminels de se tourner vers la réflexion et le changement. Pour atteindre ce but audacieux, les prisonniers sont maintenus dans le silence le plus total et sont cagoulés à chaque sortie de cellules, aucune interaction n’est tolérée, ni verbale, ni visuelle. L’architecture du bâtiment, elle aussi est spéciale, autour d’un point central de surveillance se déploient sept blocs de cellules, dans lesquelles chaque prisonnier aura sa propre salle avec eau courante, chasse d’eau dans les toilettes et chauffage central… A la même époque, Andrew Jackson qui occupait la Maison Blanche n’avait même pas ces privilèges. Chercher l’erreur…

Durant le 19e siècle, la plupart des prisons dans le monde était construite sur le modèle du pénitentiel de Philadelphie. En 1913, le système si dur envers ses prisonniers est abandonné, après plusieurs années de débat sur l’efficacité et la torture psychologique infligée aux captifs.

Un décor de film

Fairmount Avenue, Philadelphia, un après-midi de juillet, le ciel est gris mais la chaleur et l’humidité sont bien présentent. Les immeubles à taille humaine se succèdent, quelques parkings, quelques bars aussi. De petits drapeaux bleus, blanc, rouge ornent les balcons et les pots de fleurs de certains appartements, signe visible de l’approche du 14 juillet. Sûrement de nombreux Français vivent dans ce quartier. La rue est paisible, peu de passants. Puis elles se dessinent, à chaque fois un peu plus, les tours de l’Eastern State Penitentiary, imposantes et dominantes. Le bâtiment de style gothique tranche radicalement avec le reste du paysage de l’avenue. Il intimide. A l’époque, il devait même être menaçant. Suffisamment menaçant pour ôter à quiconque l’envie d’y pénétrer et de découvrir ce qui s’y tramait.

L’entrée en poche et l’audio-guide en marche, on se laisse accompagner par l’acteur Steve Buscemi. Comme  la voix off mystérieuse d’un film, il nous guide aux travers des longs bâtiments délabrés qui distribuent les cellules. Murs blancs décrépits, radiateurs verts d’oxydation, briques rouges apparentes, marron des portes des cellules, nos pas avancent le long des corridors pendant que l’histoire du lieu s’immisce dans nos cerveaux via nos écouteurs. Ici, une cellule gardée en l’état : un petit banc, un lit rudimentaire, un matelas d’où sort la mousse orange, un petit meuble, la peinture des murs est tombée, laissant l’endroit assez délabré, la lumière du soleil passe par la fenêtre perçante. Au fil des sept corridors, d’autres cellules toutes plus en ruine les unes que les autres, puis bientôt vient LA cellule. Celle de la célébrité, celle du gangster le plus connu de l’époque : Al Capone. Le luxe de cette pièce tranche radicalement avec la précarité des cellules des autres prisonniers : un secrétaire, un fauteuil, une plante, un tableau…  Voilà, la chambre haut de gamme de l’établissement.

L’Eastern State Penitentiary est un lieu qui vaut vraiment le détour. Plus qu’un lieu différent et original, c’est également un lieu chargé d’histoire.

PhiladelphieDSCN1087b
PhiladelphiePhiladelphiePhiladelphiePhiladelphie
Philadelphie
Philadelphie PhiladelphiePhiladelphiePhiladelphie Philadelphie Philadelphie Philadelphie PhiladelphiePhiladelphie Philadelphie A savoir : à certaines périodes de l’année, il est aussi possible de visiter la prison de nuit. Frissons garantis !

Prix entrée: 14$ (normal), 12$ (seniors), 10$ (étudiants et enfants)

Pour plus d’informations: www.easternstate.org

Si tu as aimé cet article, n’oublie pas de t’abonner à la newsletter mensuelle ici! (pense à regarder tes spams!)

12 Replies to “Eastern State Penitentiary, une prison de cinéma”

  1. Tes photos sont magnifiques ! Celle de la porte avec la serrure et la profondeur est fabuleuse. Bravo!

    1. Merci beaucoup Clémentine! Je suis contente qu’elles te plaisent 😀

  2. Tes photos sont supers réussies, bravo !
    Elle fait flipper cette prison quand même et j’avais vu que pour Halloween il faisait des visites spéciales, je pense que c’est un coup ça se foutre la frousse grave.

    1. Merci!!!! Y’en a qui disent qu’il y aurait des fantômes 😉

      1. Ca ne m’etonnerait meme pas ! J’ai fait une petite partie toute seule pendant que les autres bronzaient dans la cour et ba j’etais pas fiere et j’ai sursautee a cause des tuyaux aha

        1. MDR!!! J’aimerais y retourner pour faire une visite de nuit!! Ça doit bien foutre la trouille!!!

  3. […] Etats-Unis. Mon premier long voyage. Un mois à visiter la côte est de Boston à Miami (ici, ici, là et encore là, tu peux en avoir de petits aperçus). La préparation de ce voyage a été plutôt […]

  4. Très envie d’aller voir ca de mes yeux ! Merci pour la decouverte !

    1. De rien 😉 Contente de te l’avoir fait découvrir!

  5. Voilà une visite bien originale. J’avoue que de nuit ou pour Halloween l’ambiance doit bien changer.

    1. bonsvoyagesetc dit : Répondre

      Je pense que ça doit être plutôt angoissant, surtout que certains disent que c’est hanté…

  6. […] Eastern State Penitentiary, un prison de cinéma […]

Laisser un commentaire