Visiter Mexico DF : le centre historique

visitar mexico

Le Mexique, ses couleurs éclatantes, ses saveurs explosives, sa musique joyeuse m’ont toujours attiré. C’est un pays que j’ai toujours voulu découvrir, encore plus quand j’ai appris l’existence du Dia de los Muertos, la fête des morts. Y participer s’est donc imposé naturellement sur ma to do list. Alors cette année, j’ai économisé pour pouvoir me payer un billet et me voilà dans l’avion. Je te propose donc de visiter Mexico DF, première étape de mon voyage de 15 jours. On commence par le centre historique.

Pendant la lecture de ce post, je te conseille cette chanson.

De l’aéroport au métro

Il fait jour sur Mexico DF. L’avion amorce sa descente et les contours de cette gigantesque métropole colorée se dessinent à mesure que l’appareil s’approche de la terre ferme. Le fracas des roues qui touche le sol est couvert dans un timing parfait par Gypsy de Shakira qui sort des hauts parleurs de l’appareil. Une pensée me remplit de joie : j’y suis ! Enfin ! Le simple fait d’attérir en apercevant les couleurs de la ville justifie le prix du billet d’avion.

Mexico-DF

Armée de mon sac à dos, je pars en quête du métro, après avoir changé un peu d’argent. Le chemin est long jusqu’à la station et je me surprends à sourire bêtement à chaque fois que je croise un mexicain. J’y suis ! Enfin ! Une fois dans le wagon, je suis étonnée. Je suis la seule touriste. J’ai toujours été la seule touriste dans le métro mexicain.

Métro Isabel, fin de mon trajet. Je sors. J’ai du mal à respirer. L’altitude, peut être. Il fait nuit mais les rues sont pleines de vie. J’avance rapidement et continue à sourire bêtement jusqu’à mon hôtel.

Découverte de l’hôtel

La fête des morts approche et le hall est déjà joliment décoré. Je récupère mes clés et découvre l’intérieur de l’hôtel Isabel, puis ma chambre, énorme. Cerise sur le gâteau, un balcon. Le bruit des voitures, l’air frais et les lumières de la ville. Décidément, ce sourire ne me quitte plus. Un tour au supermarché Oxxo pour quelques Doritos extra piquants en guise de dîner et je me mets au lit avec le film Frida avant de sombrer dans les bras de Morphée.

Hotel-Isabel-Mexico

Un aperçu de la vie aztèque

Le jour se lève sur le DF et moi aussi. Je descends au restaurant de l’hôtel pour mon premier déjeuner mexicain. Je suis restée prudente, j’ai pris des tartines et un café. Sur l’écran de télévision, Pablo Alborán chante Saturno. Je ne suis pas dépaysée, l’Espagne est toute proche.

Puis je décide de partir au Templo Mayor. 10 minutes dans la rue et j’ai déjà rencontré 2 Mexicains. La ville est assez vide. Je m’approche du Zócalo et je lève la tête pour admirer les bâtiments. Puis la place principale s’offre à moi, et au loin la cathédrale si majestueuse.

Cathedrale-mexico

L’ensemble du Templo Mayor comprend une série de constructions aztèques dont la pyramide principale appelée Templo Mayor. Après la conquête espagnole au XVIè siècle, il fut détruit. Des fouilles archéologiques mirent à jour les fondations en 1978. C’est ici que se jouaient les vies politique, religieuse et économique des habitants de l’époque. Je m’y promène tranquillement, lisant chaque information, observant attentivement les constructions et les sculptures, essayant d’en apprendre un peu plus sur cette histoire qui m’est totalement inconnu.  J’imagine la vie qui se déroulait juste ici il y a tellement d’années.

Templo-Mayor

Templo-Mayor

Templo-Mayor

Templo-Mayor

Templo-Mayor-Mexico

Puis, je rentre dans le musée. Il fut ouvert après les excavations qui ont permis de récupérer plus de 7 milles objets, entre 1978 et 1982. Une visite dans ce musée permet de connaître sommairement l’histoire aztèque et d’en apprendre plus sur le Templo Mayor. Mon tour terminé, je presse le pas pour me rendre à mon hotel.

Musée-templo-mayor

Musée-templo-mayor

Musée-templo-mayor

musée-templo-mayor

Des retrouvailles

Dans le hall d’entrée, j’attends. Alejandra, une de mes collocs quand j’étudiais à Madrid, arrive. 5 ans qu’on s’est pas vues mais l’amitié, malgré la distance et les années, ça reste toujours intacte. La vraie amitié, en tout cas. Ce sera mon guide pour la journée. Une journée passée à parler de nos souvenirs et à en créer des nouveaux.

Direction la cathédrale. Autant son extérieur est spectaculaire, autant l’intérieur me déçoit. Ce n’est pas qu’elle ne soit pas belle, c’est juste qu’elle n’a rien d’extraordinaire à mon goût. Alejandra me fait remarquer qu’elle penche. C’est vrai. Mexico à été fondée sur un lac. La ville s’affaisse petit à petit.

Un tour à Tepito

Un ami qui a vécu au DF m’a dit de ne pas m’aventurer à Tepito. L’endroit le plus dangereux de la ville selon lui. Ca a suffit à piquer ma curiosité. Quelques recherches plus tard, j’ai une folle envie de découvrir Tepito. J’en touche 2 mots à Alejandra qui me raconte que certains endroits ne sont pas vraiment dangereux et propose qu’on s’y rende. Le quartier est surtout connu pour ses problèmes de délinquance et de drogue mais aussi pour son importance culturelle croissante.

Sur le chemin, les rues et les places s’enchaînent. Le Dia de los Muertos approche et chacun s’affaire à préparer la ville comme il se doit. Le séisme qu’a souffert la ville quelques mois plus tôt a laissé quelques traces, certaines églises ne peuvent se visiter.

visiter-mexico

visiter-mexico

visiter-mexico

Je commence à apercevoir un attroupement de gens, beaucoup de stands… Je me rends compte que nous arrivons à Tepito. Inconsciemment, je remets mon téléphone que j’avais dans les mains dans mon sac. Tepito, c’est dangereux. Au final, la peur ou la paranoia l’emporte toujours, non ? On se faufile dans les allées. Tout ça ressemble à un marché aux puces comme il en existe partout. On s’enfonce un peu plus dans le marché. Il y a beaucoup de monde, on se frôle tous, il fait chaud sous les tentures des stands. Alejandra me propose de continuer notre visite. Tepito, c’est surtout un grand marché en plein air. Un quartier sûrement très intéressant à visiter et à connaitre mais cela reste un endroit dangereux, où il ne faut pas s’aventurer n’importe où.

visiter-mexico

Un paysage familier

Nous continuons notre chemin. Le décor ressemble à celui des séries américaines qui se tournent en Californie. De grandes rues larges, très ensoleillées, la musique mexicaine, les taxis de couleur… Nous arrivons Plaza Garibaldi, connue pour être la place de mariachis. Il est trop tôt. Seulement un groupe joue de la musique.

visiter-mexico

visiter-mexico

Nous partons vers le Palacio Postal. Le monument préféré d’Alejandra. C’est vrai que l’intérieur est splendide.

visiter-mexico

visiter-mexico

Alejandra me prévient que la tranquillité que nous avions eu jusqu’à maintenant est sur le point de se terminer. Nous approchons à nouveau du centre. Beaucoup de monde, beaucoup de policiers. Les trottoirs semblent devenir plus étroits comme par magie. Le majestueux musée de Bellas artes se dressent devant nous. Nous le longeons pour arriver au parc.

visiter-mexico

Alameda Central, c’est un peu le central Park du DF. Tout prêt La Tour Latinoamericana domine la ville. Nous nous asseyons à l’ombre des arbres pour nous raconter nos vies, en regardant passer les passants. Puis, nos estomacs nous rappellent qu’il est l’heure de déjeuner. Nous partons à Chinatown.

visiter-mexico

visiter-mexico

visiter-mexico

Premier repas mexicain

C’est sans aucun doute le Chinatown le moins chinois du monde. Rien pour nous rappeler où nous sommes. Même les serveurs des restaurants ne sont pas chinois. Mais tout proche se trouve le restaurant El Buen Taco. Je laisse Alejandra choisir mon plat. Ce sera un pozole. Il s’agit d’un bouillon fait à base de grain de mais à laquelle on ajoute de la viande de poulet, par exemple. Je découvre aussi les eaux de saveurs (meilleure invention mexicaine) et par la même occasion les dimensions mexicaines. Chica, qui veut dire petit, c’est en fait un verre de 50cl. Ici, tout est plus grand. Mon plat ne m’a pas paru très fameux mais j’ai au moins découvert une spécialité locale.

visiter-mexico

Pozole

Brève leçon d’histoire

Nous repartons vers le centre pour rejoindre le palais national. Dans les rues bondées de monde, Alejandra me raconte comment s’est passé le séisme et comment le gouvernement mexicain a pris en charge les victimes et à gérer l’aide extérieure. J’en conclus que les politiques sont vraiment tous les mêmes. Aucun pays n’échappe à leur malhonnêteté.

Il faut faire la queue pour entrer dans le palais. En tant qu’étrangère, je dois laisser mon passeport aux militaires qui gèrent l’entrée. Nous partons voir les muraux de Diego Rivera, mari de Frida Kahlo. Ils relatent des moments significatifs de l’histoire du Mexique. Pendant que nous admirons les peintures, Alejandra me commente rapidement de quoi il s’agit. Nous finissons la visite par une promenade dans le parc, où de nombreux chats ont élu domicile. Nous débutons une conversation sur le colonialisme espagnol avant de rejoindre la sortie.

visiter-mexico

visiter-mexico

Il est l’heure du goûter. Sur le chemin, j’achète une carte sim et nous entrons dans une cafétéria. Je me décide pour une espèce de brioche fourrée avec un genre de Nutella aux haricots rouges et un café au lait.

gastronomie-mexicaine

Le DF de nuit

La nuit est tombée sur Mexico DF. Beaucoup moins de monde se promène. Les températures descendent. C’est une autre ville que je découvre. Les gens dînent dans des petits stands dans la rue. La musique est omniprésente, tout comme le bruit des voitures. Les bars commencent à se remplir. C’est le weekend.

Nous entrons dans une cantine typiquement mexicaine : Los Portales de Tlaquepaque. Ça crie, ça rit, ça s’amuse. Nous nous asseyons et un serveur très sympathique vient prendre notre commande. Je décide de dîner ici. Je prends donc une torta au chorizo (espèce de sándwich) et une Negra Modelo (ma bière mexicaine préférée). Les heures passent. Les sujets de conversation aussi. Et Alejandra doit partir prendre son bus. Elle vit loin du DF.

gastronomie-mexicaine

Je l’accompagne à son arrêt. Mais avant nous essayons de prendre une photo souvenir. 10 minutes de rigolade. Les 10 dernières minutes avant de la laisser. Je ne sais pas quand je la reverrai. Elle monte dans le véhicule et je pars au supermarché m’acheter une bouteille d’eau.

Un dernier verre

J’y rencontre Alejandro, un jeune mexicain qui décide de me faire découvrir le pulque, une boisson typique mexicaine. Baveuse comme il l’a décrit si bien sur le chemin qui nous mène au bar. Il s’agit d’une boisson fermentée d’origine pré-hispanique. La serveuse arrive avec une énorme carafe et dès la première gorgée, je peux assurer que je n’aime pas du tout cette boisson.

gastronomie-mexicaine

Alejandro est sympathique. Il me pose plein de questions sur ma vie en Espagne, me donne des conseils sur ce que je dois visiter dans son pays et ce que je dois manger ou boire. Malgré sa gentillesse, il me drague lourdement. Je décide qu’il est l’heure d’aller me coucher. Alejandro me raccompagne et nous traversons ce quartier plein de bars. Un endroit alternatif, avec des graffitis sur les murs, des jeunes et moins jeunes qui semblent sortis d’un concert de rock ou de métal. Je regrette de ne pas pouvoir rester plus longtemps. J’aurai aimé continuer ma soirée ici. Je laisse Alejandro et rejoins mon hôtel, heureuse. Ma première journée dans ce pays à dépasser toutes mes attentes.

Mon amie Alejandra, la visite du templo Mayor, l’ambiance des rues et la découverte de la vie la nuit me laissent avec une très bonne première impression de ce pays.

Budget:

  • Transport : 5$ (0,24€)
  • Hôtel (2 nuits) : 844$ (40,19€)
  • Repas : 320$ (15,24€)
  • Visite : 70$ (3,33€)
  • Téléphone : 450$ (21,43€)
  • Autres : 106$ (5,05€)
  • TOTAL : 1795$ (85,48€)

Laisser un commentaire