bonsvoyagesetc@hotmail.com

Visiter Puerto Escondido : libérer des tortues au Mexique

Visiter Puerto Escondido : libérer des tortues au Mexique

Puerto Escondido, jour 2 : L’air frais et la douce lumière du matin font irruption dans ma chambre. Je décide de filer sous la douche. En temps normal, j’ai une vrai phobie des insectes, surtout de ceux qui rampent mais je sais pas pourquoi, en voyage je suis beaucoup plus tolérante face aux bestioles. Alors, quand j’ai vu que, dans la salle de bain, m’attendaient une fourmi d’un bon centimètre de long, de toutes petites araignées, d’autres insectes minuscules, et même un lézard, j’ai pas flippé. Je suis dans un pays chaud et humide, c’est comme ça. Une fois douchée, je débute ma journée super enthousiaste, vu qu’aujourd’hui, je vais libérer une tortue !!!!!!!

Pendant que tu lis ce post, je te conseille d’écouter cette chanson :

En route pour la plage

Je pars déjeuner dans le seul endroit que je trouve ouvert et discute un bon moment avec le gérant qui me prépare de délicieuses enchiladas verdes. Sûrement mon petit déjeuner mexicain préféré ! Puis, je retourne à l’hôtel pour prendre mon sac et je pars explorer les plages de la ville. Je n’ai même pas le temps de marcher 2 minutes que le réceptionniste de nuit arrive en voiture. Il me propose de me déposer et comme la première plage est assez loin, j’accepte.

Playa de Puerto Angelito

Une fois arrivée, je découvre la plage de Puerto Angelito, qui est bondée. C’est samedi et je suppose que toutes les familles de la ville ont décidé de venir se détendre ici. Beaucoup d’enfants, beaucoup de canots, beaucoup de vendeurs ambulants, beaucoup de bruit.

Playa de Manzanillo

Je décide de partir sur la plage d’en face, celle de Manzanillo. Ici, tout est beaucoup plus tranquille. Je passe un moment au bord de l’eau avant d’aller déjeuner à Puerto Angelito, au restaurant Montserrat. Je commande un délicieux poisson et une petite eau de Jamaica, qui en réalité, est gigantesque. C’est donc avec l’estomac bien rempli que je commence mon chemin vers la plus jolie plage de Puerto Escondido.

Playa de Carrizalillo

Ça monte énormément avant de rejoindre la route principale. Beaucoup de voitures passent à mes côtés. La chaleur me tue petit à petit. Je m’approche de la plage. J’entends parler anglais. Bars, restaurants, cafétérias. La zone a l’air assez touristique. Pour arriver à la plage de Carrizalillo, il faut le mériter. L’angle d’inclination des nombreuses marches en pierre qu’il faut descendre est assez important. Et franchement, j’ai la flemme de faire l’effort. Et en plus, je suis juste venue pour admirer la plage, avant de rejoindre la plage de Bacocho pour la libération des tortues. L’eau est cristalline, les arbres verdoyants, c’est vraie que c’est une très jolie plage.

Playa de Bacocho

Google Maps me guide. Il me reste 2,4 km pour atteindre Bacocho. Sur mon chemin, se dressent de nombreuses résidences, il n’y a personne dans la rue et seulement quelques voitures circulent. J’ai du mal à supporter le soleil et la chaleur. Je pense plusieurs fois à faire demi-tour mais je n’ai aucune envie d’avoir fait tous ces efforts en vain. Et puis, franchement l’idée de libérer une tortue, c’est suffisant pour me donner envie de continuer. Les minutes passent et ma désesperation augmente.

J’arrive enfin sur la plage immense et déserte. Quand je vois la houle des vagues si forte, je comprends que je ne pourrais pas profiter de l’eau. C’est sûrement pour ça qu’il n’y a personne sur la plage, à l’exception d’une femme qui bronze. Je ne peux pas non plus rester sur la sable tant la chaleur est insupportable. Heureusement, je vois au loin un garçon à l’ombre sous un espèce de toit de paille. Il me reste 2 heures avant la libération des tortues. À défaut de pouvoir profiter de la plage, je vais quand même pouvoir faire une sieste.

Mes 2 bébés tortues

Les touristes arrivent au compte-goutte en taxi et se rapProchent du local de l’association chargée de libérer les tortues. Nous écrivons nos noms sur une liste en échange de 100 pesos. Ils nous font un petit discours pour nous raconter, entre autres, que:

  • ils nous mettront nos bébés dans une coque de noix de coco pour que nous ne les touchions pas. Etant donne que ce sont encore des bébés, un simple contact pourrait leur transmettre des bactéries très facilement
  • impossible de savoir si ce sont des mâles ou des femelles, il est donc conseillé de leur donner un prénom neutre
  • quand elles atteindront leurs 13 ans, âge de la maturité sexuelle, elle reviendront où elles sont nées
  • une fois libérées, il faudra s’assurer  qu’aucun crabe n’essaie de les manger. Pour cela, si on en voit qui sortent du sable, il faut leur jeter du sable pour les éloigner

On me remet un bébé tout craintif, que j’appelle txikia qui veut dire petit(e) en euskera, une langue qui n’a pas de genre. Une fois, déposée sur le sable, elle court à toute vitesse vers l’océan. Heureusement, aucun crabe ne l’a menacée. Je la regarde courir sous le ciel qui prend des nuances orangées.

Les gens de l’association nous commentent que comme peu de personnes sont venus, il reste beaucoup de bébés que nous pouvons libérer gratuitement. On me remet une tortue qui n’arrête pas de bouger dans sa coque. On dirait qu’elle a très envie de fuir mais une fois sur le sable, elle bouge très lentement. Je l’appelle donc lentua qui signifie lent(e).  Je suis inquiète. Des crabes sortent de partout mais par chance elle atteint l’océan elle aussi. Il commence à faire nuit, et vu le chemin qui m’attend, je préfère partir.

Tacos et mezcal

Une fois à l’hôtel, le réceptionniste m’annonce qu’il m’emmène dîner dans un local qui sert les meilleurs tacos de tout Puerto  Escondido. Nous arrivons dans une rue pleine de vie. Quelques tables forment une terrasse. Et il est vrai que ces tacos sont plutôt bons. Nous partons en voiture rejoindre la zone de plage pour trouver un bar où je pourrai goûter le mezcal, un alcool typique du pays. Je suis pas franchement fan. Je préfère de loin la téquila.

Un dernier tour en ville

Le jour suivant, je me promène dans le village avant de passer la journée sur la plage principale. En fin d’après-midi, un voyage de 12 heures en bus à Mexico DF m’attend et il sera suivi d’un autre de 4 heures à San Miguel de Allende. C’est le moment ou jamais de se reposer au bord de l’eau.

Dépenses :

  • Bus Puerto Escondido – México Norte : 799$
  • Petits déjeuners : 145$
  • Déjeuner : 180$
  • Libération tortugas : 100$
  • Mezcal : 110$
  • Otros : 130$
  • TOTAL : 1464$

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu