Visiter Malaga en 2 jours

Qué ver en Malaga

J’adore vivre en Espagne pour un millier de raisons différentes. L’une d’entre elles, c’est que je peux facilement visiter le reste du pays, qui cumule paysages magnifiques et villes pleines de vie et de tradition. J’avoue beaucoup aimé l’Andalousie, après Sevilla, Granada et Cordoba, je m’en suis allée découvrir Malaga. La ville qui a vu naître Picasso, Antonio Banderas ou encore Pablo Alboran a longtemps été considérée comme le vilain petit canard du sud espagnol. Pas très jolie, sans grand monument d’intérêt, elle n’avait pas vraiment la côte, mais elle a su devenir une destination phare mixant habilement culture, art, histoire, gastronomie et tourisme de plage. Je t’emmène donc visiter Malaga dans cet article.

Un long trajet

Je quitte la foule du métro madrilène pour m’engoufrer dans un bus. Un long, très long voyage m’attend. Au bout, une amie de longue date et Malaga m’attendent. Les paysages défilent le long de la route, on passe du jaune de la terre aride au vert discret des champs d’oliviers pour finalement arriver au noir intense de la nuit. Le bus s’arrête, les passagers descendent. Je cherche où prendre l’autobus de nuit qui m’emmènera à mon AirBnb. Les minutes s’écoulent à l’arrêt et s’accumulent. Il a du retard et après une heure d’attente, je monte dans un véhicule près à craquer. J’arrive enfin à destination mais ni une ni deux, nous partons boire un verre dans le bar d’à côté, où nous rencontrons deux habitants de la ville qui nous conseillent sur la meilleure manière de visiter Malaga.

Le marché central de Atarazanas

Nous logeons tout prêt de la plage mais assez loin du centre-ville. C’est samedi et à l’arrêt de bus, les grands-mères discutent de vive voix. Une fois à bord, les bâtiments et les boutiques défilent. Sans trop savoir pourquoi, ce décor me rappelle le Maroc. Nous arrivons presque à destination. Quelques minutes de marche nous suffisent pour atteindre le populaire marché central. Ça crie, ça se rue dans les allées. Les odeurs de poissons et de viande fraîche se mélangent aux arômes des épices. Les locaux côtoient les bras chargés de vivre les touristes curieux venus s’imprégner de l’ambiance malagueña dans ce lieu chargé d’histoire.

Le nom du marché vient de l’époque Maure et signifie « lieu où sont réparés les bateaux« . Cela prend tout son sens lorsqu’on sait que Malaga était alors sous l’eau et que ce bâtiment se trouvait au bord de la mer. Suite à la conquête des Reyes Catolicos en 1487, il se transforma en couvent, puis en cuartel militaire, hôpital et en école, avant de devenir un marché.

Malaga

mercado-Atarazanas

Mercado-Atarazanas

Mercado-Atarazanas

Mercado-Atarazanas

L’église San Juan Bautista

Il fait déjà chaud quand nous sortons du marché. Nous continuons de visiter Malaga en empruntant ses jolies rues du centre bordées de façades jaune, orange et ocre. Les rues sont calmes. Les terrasses commencent à se remplir peu à peu. Puis une rue nous mène vers l’église San Juan Bautista et son originale façade. Nous pénétrons dans l’édifice. Son plafond richement décoré m’interpelle.

Malaga

Malaga

San-Juan-Bautista-Malaga

San-Juan-Bautista-Malaga

San-Juan-Bautista-Malaga

San-Juan-Bautista-Malaga

San-Juan-Bautista-Malaga

Le marché de Salamanca

Notre chemin continue jusqu’au quartier de El Molinillo où nous attend le Mercado de Salamanca. Ce marché n’est absolument pas touristique. L’occasion parfaite de côtoyer les habitants du quartier venus faire leurs courses dans ce joli bâtiment de style arabe.

mercado-salamanca-malaga

Le centre-ville

Nous retournons vers le centre-ville découvrant de charmantes rues jusqu’à déboucher sur la Plaza de la Constitución. Une magnifique place bordée de somptueux monuments. Dans un latéral, se trouve la fontaine de Genova. Les locaux, comme les touristes s’animent autour de nous. Nous nous trouvons dans l’un des endroits les plus dynamiques de Malaga. Il faut dire que d’ici débouche la Calle Marqués de Larios, les Champs-Elyséees de la ville avec de nombreux restaurants, bars, boutiques de vêtements, bijoux, produits de beauté…

L’heure du déjeuner a sonné. Nos estomacs n’y tiennent plus. Après quelques dizaines de minutes de recherche, nous nous asseyons à l’ombre, sur la terrasse de D’gustar El Rinconcito pour y déguster le plat du jour. Après cette matinée passée à visiter Malaga, nous rejoignons notre AirBnb. Au programme de l’après-midi : lézarder sur la plage et se reposer.

Malaga

place-de-la-constitución

place-de-la-constitución-malaga

place-de-la-constitución-malaga

calle-larios-malaga

La plage de la Misericordia

Il ne s’agit pas de la plage la plus connue des touristes mais elle est vraiment très fréquentée, surtout le week-end quand les familles et groupes d ‘amis décident de s’y baigner. L’eau est assez calme et chaude.

La nuit tombée, nous partons à la recherche d’un restaurant en bord de mer. Ici, le plat typique, c’est el espeto de sardines. N’étant pas une grande fan de ce poisson, je préfère jeter mon dévolu sur un autre plat. L’équipe de serveurs est exclusivement masculine, en tout cas ce soir là, et nous n’échappons pas à quelque gentilles blagues prononcées avec un accent si typique de cette partie de l’Andalousie.

Un festival a lieu non loin d’ici, nous nous promenons le long de la mer, parmi tant d’autres, avec en fond le concert qui y est donné. Nous pensions trouver un bar où prolonger notre soirée mais ce fut la déception. Nous décidons donc de retourner vers notre logement où se trouvent quelques bars. A cette heure de la nuit, entre chaleur et obscurité, les cafards ont envahi les trottoirs. C’est donc en sautant sur nos talons que nous attérissons dans un petit bar au milieu des habitants du quartier.

plage-misericordia

plage-misericordia

La Cathédrale

Ce matin, nous partons tôt visiter Malaga. Le bus nous dépose près d’un parc où nous nous promenons déjà sous la chaleur. D’ici, nous rejoignons la cathédrale. L’édifice aussi imposant qu’impressionnant, me deçoit une fois à l’intérieur. Rien de bien différent des autres cathédrales que j’ai visité mais l’extérieur compense. C’est vraiment un bâtiment majestueux.

Son nom complet est Nuestra Señora de la Encarnación. Son signe distinctif, c’est qu’elle n’est pas terminée. Il lui manque notamment une tour. Ce qui lui vaut d’être appelée La Manquita par les Malagueños.

cathedrale-malaga

cathedrale-malaga

cathedrale-malaga

cathedrale-malaga

cathedrale-malaga

Le théâtre romain

Au pied du mont Gibralfaro, se trouve le théâtre romain de Malaga ou plutôt ce qu’il en reste. Tout proche, il y a le centre d’interprétation qui lui est dédié et permet de connaître la vie de l’époque. Une visite instructive si c’est la première fois que tu visites ce genre de monuments mais rébarbative si ce n’est pas le cas. On y apprend tout de même que de nombreux matériaux, comme les colonnes, ont été utilisés pour construire l’Alcazaba.

théâtre-romain-malaga

théâtre-romain-malaga

Le port et la Malagueta

Avant de déjeuner, nous décidons de partir nous promener le long du port. Une balade qui nous mènera à la célèbre plage la Malagueta. Etant situé à quelques pas du centre-ville, c’est sans aucun doute la plage la plus fréquentée des touristes.

Visiter Malaga, sous le soleil, ça creuse. Il est donc l’heure de partir déjeuner. Nous nous décidons pour un petit local placé sous le signe des saveurs du monde. La nourriture proposée est plus proche du snack que de la vraie cuisine mais c’est bon et bien que le service soit plutôt lent, le personnel est agréable et ne perd pas le sourire même quand une coupure d’électricité plonge toute la zone dans le noir.

port-malaga

port-malaga

la-malagueta

plage-malaga

La Alcazaba

Ce Palais forteresse, construit entre 1057 et 1063 sur ordres du Roi Badis, est situé au pied du mont Gibralfaro et permet de s’immerger dans l’époque musulmane de la ville. Gravissant peu à peu la pente, à l’ombre de quelques arbres fins et de jolies portes d’architecture maure, nous découvrons les patios rectangulaires et les charmants jardins qui composent le lieu. L’alcazaba conjugue les besoins défensifs et la beauté de l’architecture arabe et offre une magnifique vue sur la ville et la baie.

Alcazaba-Malaga

Alcazaba-Malaga

Alcazaba-Malaga

Alcazaba-Malaga

Alcazaba-Malaga

Alcazaba-Malaga

Le château de Gibralfaro

Il nous faut rebrousser chemin et contourner le site pour rejoindre le château. La chaleur étouffante de ce début d’après-midi et la côte particulièrement pentue rendent le chemin assez éprouvant. De temps en temps, une jolie vue se laisse découvrir et rend le trajet plus agréable. Arrivé en haut, une petite boutique attend le visiteur et lui permet de se désaltérer à l’aide de sodas et granités.

Après un bref moment de repos, il est temps de visiter le château. Il a été construit au 14è siècle pour loger les troupes et protéger l’Alcazaba. Le monument compte une muraille extérieure et une intérieure qui permet de faire le chemin de ronde en entier et de profiter de la vue sur la ville.

plaza-de-toro-malaga

vue-Malaga

château-de-Gibralfaro

château-de-Gibralfaro

château-de-Gibralfaro

château-de-Gibralfaro

Après cette longue matinée passée à visiter Malaga et à découvrir ses jolis et impressionnants monuments, nous repartons profiter d’un dernier après-midi sur la plage et d’un dîner composé de tapas avant de quitter la ville.

Si jamais tu souhaites connaître un autre point de vue sur Malaga, je te conseille de lire l’article qu’Estelle de Curiosity Escape avait écrit dans mon blog il y a quelques années. Je te laisse avec une carte des endroits à visiter et le budget de ce voyage.

Budget pour 1 personne :

Laisser un commentaire