Île de Santiago (Cap Vert): entre plages et villes

Île de Santiago Cap Vert (1)

Je me souviens des premières images que j’ai vu du Cap Vert: le sable blanc et une eau turquoise à perte de vue. J’avais trouvé ces images tellement belles. Et moi, qui n’aimait pas trop la plage à l’époque, je mettais mis dans la tête d’y aller un jour. Le Cap Vert figurait même dans mon top 3 des pays à voir au moins une fois dans ma vie, avec les Etats-Unis et la Jordanie.

Beaucoup d’années ont passé mais mon obsession est restée intacte. Ces 3 dernières années, je m’étais renseignée mais le prix du billet d’avion ne me permettait pas de réaliser ce rêve. Et puis, cet été, j’ai trouvé un emploi fixe. Je ne savais pas si ça allait durer mais je me suis dit que c’était le moment où jamais. Est donc venu le moment de monter dans l’avion et d’attérir à Praia et de commencer un des plus beaux voyages de ma vie.

Au programme, l’île de Santiago, celle de São Vicente et Sal pour finir. 7 jours bien rythmés et remplis. C’était sans compter sur les nuages de poussière qui nous ont empêché de prendre notre vol pour São Vicente, me donnant une bonne raison pour retourner au Cap Vert!

En préparant ce voyage, j’ai trouvé peu d’informations. Des îles peu touristiques, des hôtels éparses et des prix très élevés, c’est ce qui semblait revenir comme un leitmotiv dans les articles que je lisais, ça et la gentillesse de ces habitants.

L’île de Santiago, c’est la plus grande île du pays, 200 000 habitants soit plus de 50% de la population nationale. C’est aussi Praia, la capitale, et sa prédécesseure Ciudade Velha. Et puis, c’est surtout la brume qui ne disparaît jamais, la poussière de la ville, la musique cabo-verdienne, les postes de nourriture un peu partout, la lenteur du service qui nous fait prendre conscience qu’on est pas toujours obligés d’être pressés et la gentillesse des gens qu’on croise à chaque coin de rue. Nous avions décider de visiter l’île de Santiago pour son histoire et son charme africain.

Praia

La capitale du Petit Pays semble s’étendre sur des kilomètres. Il est difficile de réellement se rendre compte de l’extension de la ville car elle est vallonnée. Du centre-ville mignon et paisible, on passe sans difficulté aux marchés bruyants et animés avant d’atteindre des quartiers défavorisés et poussiéreux puis des petites plages presque désertes. Praia est à l’image de ce que j’ai pu voir du Cap Vert, un mélange de mondes totalement différents où on est étrangers mais où on se sent particulièrement bien.

Le quartier du Plateau est le lieu le plus touristique de la ville. Il abrite plusieurs monuments d’intérêt, comme le Palais Présidentiel ou le Quartel Militaire.

quebrala-canela

praia-cap-vert

praia-cap-vert

praia-santiago

praia-cap-vert

Cidade Velha

Un lieu incontournable pour comprendre l’histoire du pays. Le mieux, c’est de s’y rendre en aluguer depuis Praia, moyen de transport local: une fourgonnette ou un pick-up qu’on remplit jusqu’au dernier siège. On se sent local parmi les locaux. Les paysages arides défilent des deux côtés de la route. Quelques moutons, quelques arbres, quelques passants… Les couleurs sont monotones et pourtant on en prend plein les yeux. On est dépaysés. On sait qu’on est dans un pays lointain et totalement nouveau.

Cidade Velha, c’est l’ancienne capitale du pays. Un passé lourd en histoire puisqu’elle a été la première ville coloniale construite par les Européens sous les tropiques.

cidade-velha-santiago

cidade-velha-santiago

cidade-velha-cap-vert

cidade-velha-cap-vert

cidade-velha-santiago

Tarrafal

Le voyage pour aller à Tarrafal, au nord du pays, est plutôt agité à bord de l’aluguer. La route monte et descend sans cesse, le conducteur conduit extrêmement vite même dans les virages. Le paysage laisse deviner de très hautes montagnes cachées par la brume. De temps en temps, le soleil arrive à percer ce ciel si gris. Les petits villages se succèdent, tout comme les groupes de gens qui se réunissent n’importe où le long des routes. A Assomada, on change d’aluguer. Le voyage est un peu plus tranquille: moins de différences d’altitude pour rejoindre Tarrafal.

L’intérêt principal de ce petit village, c’est sa jolie plage. Plongée dans la brume, ce jour-là aussi. De jolis et colorés bateaux de pêche accueillent le visiteur, un peu plus loin plusieurs caboverdiens jouent au football. Les touristes, eux, se prélassent sur le sable, essayant de capter quelques rayons de soleil.

tarrafal-cap-vert

tarrafal-santiago

tarrafal-santiago

tarrafal-cap-vert

tarrafal-santiago

Praia San Francisco

La Praia de San Francisco est proche de Praia. Un taxi nous mène à cette plage repérée sur Google. Une fois passée la ville, la route que nous empruntons est totalement déserte. Un paysage aride et marron s’étend partout. De temps en temps, quelques groupes de personnes surgissent de nulle part. Au son d’une musique entraînante, nous arrivons sur la fameuse plage.

Mes photos ne lui rendent pas justice. Une plage vierge et magnifique. Une impression d’être perdu au milieu de nulle part. Un calme absolu que seule le bruit des vagues vient interrompre.

santiago-cap-vert

plage-cap-vert

plage-santiago

plage-cap-vert

plage-santiago-cap-vert

Un vrai coup de cœur

Je suis tombée amoureuse de Santiago, en écrivant ce post, je ressens une drôle d’émotion: un besoin très fort d’y retourner. Un besoin de me promener dans ces rues où ne vont pas les touristes mais où personne ne vous remarque non plus, dans ces places où les gens rient et parlent sur fond de musique, dans ces aluguers où on vous sourit, dans ces commerces où on vous accueillent. Je retournerai à Santiago mais cette fois pas pour visiter l’île mais pour connaître ses habitants.

Photo du marché de Sucupira: Travel Aficionado

4 Commentaires

  1. Trop cool, le Cap Vert est aussi placé haut sur ma liste. Enfin les îles de l’atlantique m’attirent en général. Ça devait être un beau voyage et une belle découverte car je pense qu’on est bien dépaysé là bas. Rien que toutes ces barques colorées.

    1. bonsvoyagesetc dit : Répondre

      Oui, c’est très dépaysant, surtout qu’il y a tant de paysages différents! En plus, on est partis à Nöel donc changement total de décor 😉

  2. […] du Cap Vert et ville principale de l’île de Santiago, Praia est une cité animée et joyeuse, qui vit au rythme de la musique. Ici, aucun risque de se […]

  3. Très bon choix. On a un faible pour Santiago. On aimerait y retourner un jour pour les découvrir plus en profondeur.

Laisser un commentaire